Quitter son île pour une autre #4 : La Dominique, si près, si loin

Juste avant ma rentrée, j’ai profité de quelques jours pour aller faire un tour en Dominique, une île située entre la Guadeloupe et la Martinique. Avec 70 000 habitants et deux tiers de forêt, elle est réputée pour être l’île nature des Caraïbes. Au vu de la description qu’on m’a faite, je m’attendais à un caillou complètement mort mais en fait, pas tant que ça. Les dominicais vivent dehors, même dans les coins les plus reculés de l’île. Tout est ouvert tout le temps, c’est plutôt vivant.

porthsmouth

oiseaux

Une île morte le soir

Enfin, « tout le temps », c’est un grand mot… Comme le dirait notre chauffeur de bus : « Nightlife sucks in Dominica ». Quand la nuit tombe, l’île s’endort. Même sa capitale Roseau s’éteint. On en a fait les frais le premier soir en cherchant un endroit où dîner à 19h30. Non seulement les rues étaient vides, ce qui fait un  poil stresser mais en plus, l’île du Commonwealth a conservé certaines habitudes de vie anglaises (la Dominique est indépendante depuis 1978) dont le dîner très tôt… Résultat, en mangeant à l’heure des poules (désolée pour les adeptes mais pour moi, 18h, c’est le goûter!), je ne me suis jamais couchée aussi tôt (avec une pointe à 20h15..) !

Pourtant, ils vivent en grande partie du tourisme mais il est orienté bateaux de croisière. En ce moment, on est en haute saison et il peut y avoir jusqu’à 3000 croisiéristes qui débarquent un jour sur deux (voir tous les jours). Quand ils sont là,  tout est ouvert jusqu’au départ du bateau (soit 18h). Quand il n’y a personne, certaines enseignes n’ouvrent pas.

bateau croisiere

Les bateaux sont plus haut que les immeubles, c’est impressionnant.

Prendre le bus

Pour vivre un peu comme eux, on a décidé de se déplacer avec leurs transports en commun, les bus. Il faut avoir confiance mais c’est à faire. Même perdus dans la pampa, ils passent à toute allure sur des routes certaines fois défoncées (l’ouragan Erika est passé par là en septembre) avec du reggae à la gloire de Jésus à fond dans la voiture. Dépaysement total !

route.erika

Si si, ça passe !

route.defoncee

Oh, et j’allais presque oublier de vous dire que les dominicais sont ultras sympas. Dès notre arrivée à l’aéroport jusqu’au départ, on a pu discuter avec tous ceux qu’on a rencontrés. Ils adorent les étrangers qui viennent visiter leur île et en sont très fiers.

J’en ai terminé avec mes impressions générales sur l’île, la semaine prochaine, je vous parlerai des excursions que j’ai faites.

coucher.soleil

Publicités

Une réflexion sur “Quitter son île pour une autre #4 : La Dominique, si près, si loin

N'hésite pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s