A La Barbade, tu peux être scotché par… Sa nature !

J’ai beau aimer bof la nature, les sites naturels que j’ai visités sont de loin ce que j’ai préféré pendant le voyage. Contrairement à plusieurs îles des Caraïbes, il n’y a pas de volcan à La Barbade. D’un point de vue géologique, elle a « poussé » en trois fois (il est question de plaques « .. » mais j’ai décroché pendant l’explication, désolée…). Sur son point le plus haut, au Mont Hillaby (336 mètres), on peut voir les différents niveaux, c’est chouette et il y a une super vue. Et pour y aller, vous payerez gratuit ! Profitez-en, c’est rare par ici…

Mont Hillaby, La Barbade, Caraïbes

Vue du Mont Hillaby

Pour le reste, il vous faudra payer (la culture et le savoir ont un prix, merci l’influence US…), parfois un peu cher pour la qualité de la visite. Mais sans regret parce que si je n’y étais pas allée, je pense que j’aurais raté quelque chose.

L’Animal Flower Cave

Située tout au nord de l’île, elle est impressionnante. On y voit une mer agitée qui peut atteindre le niveau de la grotte et remplir la piscine naturelle intérieure dans laquelle on peut se baigner. Notre guide – qui m’a dit que j’avais loupé Rihanna de trois ans..-, nous a montrés un spot de 6 mètres de haut à partir duquel il vient sauter avec ses amis de temps en temps. Avec le courant et la présence de requins tigres que les barbadiens viennent spécialement pêcher ici, je ne m’y risquerais pas. Mais pour les soirées qu’ils organisent à l’intérieur de la grotte (de manière informelle j’imagine), avec plaisir.

Animal Flower Cave, piscine naturelle, La Barbade, Caraïbes

La piscine naturelle avec vue sur mer

Animal Flower Cave, La Barbade, Caraïbes

Quand tu vois les vagues s’approcher, certaines fois, tu rigoles pas…

Animal Flower Cave, La Barbade, Caraïbes

C’est ici que notre guide vient party

La Harrison’s cave

Attention, visite hyper chère et accueil terrible. Quand tu dépenses 30 dollars US pour un tour de train de 45 minutes, tu t’attends au moins à un sourire à la billetterie et à une explication sur le déroulé de la visite (on ne savait même pas que c’était un tour en train!). Là, rien, on était limite mal à l’aise d’emm.. l’hôtesse en pleine discussion potins avec ses collègues. Une fois qu’on a trouvé le chemin pour se rendre au mini-musé-accueil-entrée des caves, personne. Ce qui fait qu’on a suivi un groupe d’anglais partis explorer la grotte tous seuls…avant de rencontrer un guide qui nous a fait remonter à la surface et emmenés au bon endroit. Sympa pareil que ses collègues, il nous a demandés de nous dépêcher en nous sermonnant sur le danger de s’aventurer sans protection dans les tunnels. Alors que personne ne portait de protection à bord du petit train… Quant à notre guide, qui n’a pas l’air d’avoir compris que ce qui est évident pour elle ne l’est pas forcément pour les visiteurs, elle n’a pas daigné sourire ni nous donner plus d’indications que ça.

Harrison's cave, grotte, La Barbade, caraïbes

Il paraît que la nature met des milliers d’années à creuser la grotte comme ça

Mais les touristes/boulets que nous sommes ont quand-même apprécié la visite. Ces grottes à côté de la mer sont complètement différentes que celles de Porto Rico. Âgées de plusieurs millions d’années, elles ont été redécouvertes en 1970 par un spéléologue danois et un barbadien qui connaissait déjà leur existence. Le site a été ouvert au public en 2007 et bien qu’on n’ait pas accès à l’intégralité du site, on se rend bien compte que la nature est capable de merveilles qu’un humain ne saurait égaler.

Harrison's cave, grotte, La Barbade, caraïbes

et quand les lumières s’éteignent, il fait tout noir !

S’arrêter déjeuner à Bathsheba

L’endroit, réputé pour ses vagues (et sa légende sur la femme du roi David), était plein de sargasses. Personne donc pour surfer sur la fameuse Soup Bowl mais le paysage compense largement l’attraction. On s’est arrêtés manger dans un bar typique : pas le choix du plat et des barbadiens en train de débattre et boire des bières. Pour l’ambiance, vous ne serez pas déçus !

Batsheba, La Barbade, Caraïbes

Le fameux rocher de Bathsheba

Batsheba, La Barbade, Caraïbes

Pour trouver le bar, vous ne pouvez pas vous tromper!

Barbados Wildlife Reserve

Je suis tombée amoureuse de cet endroit. Pourtant, je ne suis pas une addict des zoos et vous ne me verrez pas faire un Safari en Afrique. Le parc est scindé en deux :

  • la première partie présente la végétation locale via un parcours balisé. C’est ici que nous avons rencontré des singes qui se promènent en liberté. Ils nous ont accompagnés tout au long de la promenade. C’était super mignon !
Barbados Wildlife reserve, la barbade, singes, monkeys, caraibes

Ils vivent leur vie comme si on n’était pas là

  • La deuxième partie, un peu plus grillagée, a été conçue par un canadien pour soigner les animaux et protéger certaines espèces en voie de disparition de leurs prédateurs. Tous les animaux se promènent en liberté, les cages des oiseaux sont ouvertes. Sauf pour les serpents. Mais c’est tant mieux parce que je n’aurais pas aimé me retrouver en face du python de 6 mètres de long et de la largeur de mes deux cuisses…
Barbados Wildlife reserve, animals, la barbade, caraibes

Je me demande bien comment il s’appelle celui-là

Ici, pas de visite guidée, on reste le temps qu’on veut. Sans s’en rendre compte, on a passé deux heures dans les parc des animaux et on était triste de quitter toutes les Carolines du parc.

Barbados Wildlife reserve, animals, la barbade, caraibes

ça, c’est Caroline

Barbados Wildlife reserve, animals, la barbade, caraibes

et tous ses copains !

C’est ici que s’achève le voyage à La Barbade. J’espère qu’il vous a plu. Pour en voir un peu plus, rendez-vous sur ma page FB avec un album sur le tour de l’île.

Infos pratiques

Animal flower cave
Au nord de l’île à Sainte Lucy. 10 dollars USD la visite guidée (obligatoire).

Harrison’s cave
Allen View. 30 dollars US la visite en train. On l’a également appris en fin de visite mais il est également possible de le faire à pieds avec un guide spéléologue.

Animal Wildlife Reserve
Saint Peter. 10 dollars USD

La Barbade, ses villes, son histoire

La Barbade est une île urbaine : 286 000 habitants pour une île quatre fois plus petite que la Guadeloupe (qui compte en gros 400 000 habitants), ça fait du monde au mètre carré. L’activité se concentre principalement au sud à Bridgetown, la capitale. C’est par là que je vais vous faire commencer la visite. Ensuite, on remontera vers le nord mais ça ne prendra pas longtemps, tout se passe à Bridgetown…

Bridgetown

C’est une ville pleine d’animation qui peut se faire à pieds sur quelques heures. Il n’y a pas moult à visiter mais en arpentant les rues, on a pu admirer quelques beaux bâtiments tels que le Parlement, et voir de très jolies églises comme celles de Saint Mary’s church (il y en a plein sur l’île mais je ne pourrais pas vous en parler, je n’ai aucune affinité particulière avec ce genre de bâtiment. C’est ma copine Laurence qui va être déçue, elle fan de l’art des églises).

parlement, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

Le Parlement

port, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

Mignon le port !

En fait, on était surtout venus pour voir le Kensington Oval, le stade de cricket. Il n’y avait pas de match de prévu pendant la semaine et c’est bien dommage parce que ça doit être impressionnant. C’est LE sport national. A l’école, les élèves ont la possibilité de choisir entre le cricket, le foot ou le basket. La guide était super pas sympa mais la visite vaut le détour.

Kensington oval, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

Le Kensignton Oval, le stade de cricket

Kensington oval, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

On a pu assister à un entrainement 🙂

Pour le côté historique, c’est dans le quartier historique Garrison, que ça se passe. Il est classé patrimoine mondial de l’UNESCO et concentre tous les musées et bâtiments historiques. On a choisi d’en faire deux :

  • Le musée de la Barbade, installé dans une ancienne prison militaire, qui retrace l’histoire géologique et historique de l’île. On apprend que La Barbade est la seule île des Caraïbes restée constamment anglaise. Petit moment de fierté durant la visite quand j’ai vu que l’Alliance Française était partout sur les murs et bien intégré dans la communauté des historiens de l’île.
  • barbados museum, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

    L’ancienne prison militaire. Photos interdites à l’intérieur

    barbados museum, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

    mais à l’extérieur oui !

  • La maison du seul et unique voyage de Georges Washington. Les barbadiens aiment à penser que c’est ici que son avenir politique a basculé. Venu profiter du climat dans l’espoir de soigner son frère atteint de tuberculose, le jeune anglais a commencé à s’intéresser de près aux stratégies militaires et a fait grande impression auprès de nombreux gouverneurs.
  • Maison de Georges Washington, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

    La maison de Georges Washington

    Maison de Georges Washington, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

    On était hors saison mais on peut venir dîner d’époque avec le G. Washington du passé certains soirs !

Le Concorde Experience, en périphérie de Bridgetown

Bon, là, j’ai failli m’étrangler en voyant le prix pour visiter un hangar avec un seul avion (20 dollars US pour 45 min de visite). Et que personne ne me dise que j’aurais pu visiter l’intérieur d’un concorde au Bourget parce que ça pourrait m’agacer. Mais restons positifs, La Barbade faisait partie des quatre destinations de l’avion et ça m’a permis d’en apprendre un peu plus sur l’aviation et le mur du son. Merci la mise en scène de la visite guidée dont les anglo-saxons ont le secret.

Concorde Experience, aéroport, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

Le Concorde, dans son hangar

Concorde Experience, aéroport, Bridgetown, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

J’aurais pas aimé être une hôtesse. Vous avez vu la jupe ?…

La ville balnéaire de Holetown

Hormis pour le snorkeling au Folkestone Marine Park, je n’ai pas trop accroché avec cette ville. C’est ici qu’on peut trouver tous les magasins de luxe, les grands hôtels et les superbes villas avec vue imprenable sur la mer.  Mais au-delà du décor Disney et de quelques sports nautiques il n’y a pas grand chose à faire. Et l’aspect désertique hors saison ne m’a pas donné envie d’y passer la journée. Après, il convient de nuancer mon propos (je kiffe cette expression, elle fait soutenu vous ne trouvez pas ? 😉 ), je ne venais ni pour les plages, ni pour les sports nautiques.

Holetown, ville, La Barbade, vivre sur une île...pour une citadine

Les magasins, seul point d’intérêt de la ville

La visite décevante de la distillerie Saint Nicholas Abbey

Par contre, même s’il y a des distilleries en Guadeloupe, ça ne m’a pas empêchée d’aller en visiter une autre :). Pour 20 dollars US, on a une visite guidée, un punch (avec ou sans rhum) et la dégustation de deux rhums. Il n’y avait que des bonnes critiques par rapport aux concurrents Mount Gay, Foursquare et West Indies, et on y allait plus pour acheter un de leurs rhum vieux, uniquement commercialisé ici. Mais rien de transcendant par rapport à un site guadeloupéen dont la visite est moins chère. C’est dans ces moments qu’on se rend compte de l’impact des subventions en France. Culture, sports, nourriture, etc…le même produit ici coûte au moins deux fois plus qu’en Guadeloupe.

Saint Nicholas abbey, distillerie, rhum, La Barbade, île, vivr sur une ile...pour une citadine

L’intérieur de la maison est resté d’époque et très chouette

Saint Nicholas abbey, distillerie, rhum, La Barbade, île, vivr sur une ile...pour une citadine

PS, quand je parle de deux verres de rhum, je parle bien sûr de fonds de verres..

Saint Nicholas abbey, distillerie, rhum, La Barbade, île, vivr sur une ile...pour une citadine

Par contre, le site est superbe.

C’est la fin de la visite « humaine de l’île. La semaine prochaine, je vous parlerais de l’histoire naturelle de l’île qui est sacrément intéressante pour ce si petit bout de terre !

Infos pratiques

Kensignton Oval : 10 dollars US la visite guidée – President Kennedy Dr à Bridgetown.

Musée de La Barbade : 10 dollars US – Dalkeith Rd à Bridgetown.

La maison de Georges Washington : 10 dollars US la visite seule. 20 dollars US en incluant la visite des tunnels (créés pour fuir en cas d’invasion française). A deux pas du musée de La Barbade.

Concorde Experience  à côté de l’aéroport. 20 dollars US la visite guidée.

Saint Nicholas Abbey : à Saint Peter. 20 dollars US la visite.

Quitter son île pour une autre #2 : coup de coeur pour la Barbade

Ooooh ! Les vacances à La Barbade ! Quel coup de coeur ! Cette ancienne colonie anglaise de 23×34 km est pleine de vie et ses habitants, supers accueillants, vivent dehors jour et nuit. Rihanna n’était pas là (oh déception !) mais même sans elle, quelle ambiance ! Par contre, pour moi qui m’attendais à un niveau de vie similaire à la Jamaïque, j’avais tout faux (Quoi ? Vous ne pensiez pas comme moi que Jay-Z* avait sorti Riri de la misère pour en faire une star ?..). La Barbade n’a rien d’une île en voie de développement (et Rihanna ne venait pas des mauvais quartiers).
*(en vrai, c’est Evan Rogers qui l’a découverte)

La Barbade, Caraïbes

Les rastamen en vélo sont la seule ressemblance avec Kingston

Pas vraiment Kingston, plutôt un mélange UK-US

Bon allez, si, il y a quand même un petit état d’esprit Kingston. Premier contact avec un barbadien : « Hello, my name is X…, where are you from ? Guadeloupe ? Never heard of it ! But I smoke fresh ganja, do you want some ? No ? I have fresh coco too ! » (traduction : « bonjour, je m’apelle X… D’où venez vous ? Guadeloupe ? Jamais entendu parler ! Mais je fume la ganja, vous en voulez ? Non? J’ai aussi de la cocaïne »)… Pour le reste, on est plutôt sur un mix entre :

  • les Etats-Unis pour le côté surpromotion, les taxes et tips, le prix des plats qui doublent quand il y a de la viande et l’ouverture des magasins tous les jours;
  • et le Royaume-Uni pour les sports nationaux (polo et cricket), la conduite à gauche, les maisons toutes identiques et les happy hours en plein milieu de l’après-midi.
ile de La Barbade, maisons identiques

Les maisons identiques à l’anglaise

Coût de la vie : élevé

Au final, visiter cette île anglo-saxonne revient cher. Pour ce qui est des barbadiens, je ne saurais pas dire si leur niveau de vie est élevé tant les ruines côtoient les superbes villas. Mais pour le quotidien, il faut mettre le prix. Par exemple, un sandwich local coûte entre 8 et 10 dollars barbadiens (4 ou 5 dollars américains), une bouteille d’eau d’un litre et demi 1.75 dollars US. Un menu KFC commence à 11.5 Dollars US (vs 6.5 euros à Paris) et il n’est pas plus cher de manger dehors que d’aller au supermarché. Je ne vous parle pas du logement qui peut vite coûter une fortune si vous voulez un endroit correct pour dormir. Cependant, les tarifs sont fixes et affichés. Même quand le prix n’est pas inscrit, aucun commerçant ne cherchera à vous faire payer plus cher et par rapport à d’autres îles, on a trouvé cette honnêteté très agréable.

cutter,ile de La Barbade

le cutter, une spécialité bajan comme on dit, à base de poisson pané et cheddar

La Barbade, constructions

les ruines et beaux bâtiments se côtoient

Une maison en ruine, en plein centre-ville

Celle-ci a besoin d’un petit rafraîchissement…

On se sent en sécurité partout mais mieux vaut parler l’anglais

La France a du succès et fait partie intégrante de leur Histoire mais ils ne voient jamais de français. Par conséquent, ils ne comprennent pas un mot. Et ils ne comprennent pas non plus pourquoi on vient sur leur île sans passer par un tour opérateur (pour avoir visité plusieurs pays, je me rends compte qu’il est très français de vouloir tout faire soi-même). La curiosité (ou inconscience ? on ne saura jamais) nous a fait sortir des grandes routes pour entrer dans les terres sans jamais être embêtés. Enfin, on a quand-même été stoppés par des ruraux en quête d’argent qui se mettent en plein milieu de la route pour vous forcer à passer par un autre chemin, et on n’a pas été sereins quand des paysans accouraient vers la voiture avec leur coupe-coupe devant une route barrée, mais tout s’est bien passé.

Les barbadiens vivent en musique, surtout en karaoké

C’est leur sport national ! Caissière, chauffeur de taxi, au travail, dans les rues, etc… tout le monde chante. Les bars et kiosques extérieurs sont aménagés pour le karaoké. C’est incroyable ! Bon, par contre, je pense que repérer Rihanna n’a pas du être difficile. Ils chantent tous comme des casseroles 🙂 Lololol. Mais n’y voyez aucune moquerie de ma part. Ils s’en fichent et je trouve ça génial ! Et j’en profite pour glisser à mon entourage qu’il est temps d’adopter la tolérance barbadienne et d’arrêter de me dire cyniquement que j’ai raté ma voie quand je chante !..

Ils vivent aussi au rythme des sorties

Ce qui est chouette avec l’héritage anglais, c’est que les gens adooooooorent sortir et qu’ils le font très tôt ! A la Barbade, quand l’happy hour commence -à 15htout le monde est au bar :). Ce qui nous a valus de tirer les rideaux à 20h30 un soir où on avait trop bu. Par contre, pour le dîner à 17h30, j’ai encore un peu de mal. Les cuisines des restaurants ont beau fermer à 22h, on ne nous a pas toujours accueillis à bras ouverts une fois 19h30 passés. Même un samedi soir…

En ce qui concerne les places to be, voici le circuit de sortie (et les horaires qui vont avec) :

Le mercredi, c’est Harbourgh Lights avec open bar sur la plage à partir de 21h (pour 25 dollars US).

Le jeudi, c’est Saint-Laurence Gap, la rue des bars, à partir de 17h (c’est par ici pour la cuite..).

Le vendredi, rendez-vous à Oistins fish fry à partir de 18h mais où l’ambiance est à son top de 21h à 1h du matin. C’est de loin la meilleure soirée qu’on ait passée ! Les anciennes cabanes de pêcheur ont été reconverties en baraques à frites avec nourriture et bière locales (et pas chères !). C’est très convivial, on s’assied les uns à côté des autres et on noue contact avec nos voisins (pour nous, des canadiens avec qui on a passé le reste de la soirée).

Le samedi c’est un mystère… Et c’est la raison pour laquelle j’écrivais un peu plus tôt qu’il y a un circuit des sorties. On a décidé de retourner à Oistin Market pour manger dans la même cabane qu’on avait adorée la veille. Ils ne nous ont pas reconnus et ont été odieux. Hors de question de rester, direction un autre petit bar proche de Saint Lawrence Gap où on avait commencé notre happy hour du jeudi.. Même attitude. Ils ont même essayé de nous faire payer plus cher en faisant mine de ne pas comprendre notre anglais ! Deux jours plus tôt, on discutait avec eux pendant deux heures… Dans les rues, personne. Est-ce parce qu’on était le premier samedi hors saison ou parce que les barbadiens sortent autrement ce jour là, je n’ai pas trouvé d’explication.

bières, La Barbade, Stag, Banks

La bière locale ne coûte rien

Saint Lawrence Gap, sortir, La barbade

Saint Lawrence Gap, ou la rue des bars

Oistins fish fry, la barbade, sortir

Oistins fish fry le vendredi soir – plein à craquer !

Je m’arrête ici pour les premières impressions sur la vie à La Barbade. Dans les prochains articles, on parlera un peu plus tourisme avec les endroits sympas à faire. Je termine juste par quelques infos pratiques qui peuvent être bien utiles pour son voyage.

Y aller

  • De la métropole : passer par Londres. Il n’y a aucun vol direct via une compagnie française.
  • De Guadeloupe : l’hyper galère ! Il n’y a aucun vol direct. Si Air France ou Air Antilles assuraient le vol, on mettrait un peu plus d’une heure. Malheureusement, il n’y a pas de demande (probablement lié au coût de la vie de la Barbade vs la République Dominicaine juste à côté). C’est donc la Liat (ou bus de l’air de la Caraïbe) qui s’occupe des vols. Et ça prend au bas mot une demi-journée. Je vous déconseille cette compagnie, VRAIMENT. Si vous avez la possibilité de prendre un vol direct ou de passer par les Etats-Unis ou le Canada pour venir, n’hésitez pas, ça prendra moins de temps.

Guides de voyage

Je n’ai pas trouvé de guide en français avant de partir, et hormis Trip Advisor, il y a peu de sites internet français qui en parlent. Pour avoir un aperçu de ce qu’il y a à visiter je me suis servie de deux appli assez bien faites :

  • iLandguide, qui situe les spots sur une carte et en images ;
  • Troovel, qui propose des idées de circuits sur un ou plusieurs jours avec une petite description.