Quitter son île pour une autre #3 : quelques jours en Martinique – parcours du road trip

Pour mon voyage en Martinique, je me suis inspirée de Felix et Ines, du blog de routes en roots, qui propose un itinéraire par région. Trois jours, pour faire la Martinique entière, c’est court, il faut sélectionner. Pour en profiter, j’ai fait l’impasse sur les sites semblables à La Guadeloupe (sauf pour les distilleries…) et j’ai organisé le voyage façon road trip sur deux secteurs.

Le Sud Atlantique

Anse Dufour et Anse Noire

Ces deux plages, séparées par 10 minutes de marche, sont proches mais complètement opposées. L’Anse Dufour correspond à la plage de sable fin et doré que l’on aime tant dans les Caraïbes alors que le sable noir d’origine volcanique de l’autre Anse nous projette dans un autre monde.

Anse Dufour, Martinique, Caraïbes

L’Anse Dufour, au sable fin doré

Anse noire, Martinique, Caraïbes

L’Anse Noire, juste à côté, rien à voir

Les Anses d’Arlet

Elles sont au nombre de trois dans la commune du nom éponyme. On s’est arrêtés sur la Grande Anse pour boire un verre et sur la Petite Anse pour se baigner. La troisième anse se trouve dans le bourg, qu’on a passé en voiture sans s’arrêter.

Grande Anse, Martinique, Caraïbes

Grande Anse

Petite Anse, Martinique, Caraïbes

Et Petite Anse

Autour du rocher du Diamant

Ici, c’est le côté culturel et géologique que j’aime tant. Avec une vue imprenable sur le rocher, la Maison jaune du Bagnard qui ne passe pas inaperçue dans son décor aux couleurs nature et le mémorial du Cap 110 dont l’histoire fait froid dans le dos.

Rocher du Diamant, Martinique, Caraïbes, Antilles

Le Rocher du Diamant

Maison du bagnard, Martinique, Antilles, Caraïbes

Cette maison a été construite par un ancien Bagnard, Médard Aribot, enfermé pour avoir sculpté le buste du Colonel de Coppens, qui n’a visiblement pas apprécié

Memorial Cap 110, Martinique, Antilles, Caraïbes

Le Mémorial Cap 110, construit en hommage aux victimes du naufrage du 8 avril 1830.

Le Marin

Si vous aimez les voiliers, yachts et autres bateaux, c’est ici qu’il faut s’arrêter. Le Marin est la plus grande base nautique des Caraïbes. Même si le temps n’était pas avec nous pour la visite, on a été impressionnés.

Le Marin, Martinique, Antilles, Caraïbes

Le port du Marin

Le nord

La ville de Saint-Pierre

Tristement connue pour l’éruption volcanique de 1902 qui a décimé toute la population à l’exception de Cyparis, prisonnier que son cachot a sauvé. Saint-Pierre était à l’époque surnommée le Paris des Antilles. Les ruines du théâtre et du cachot sont intéressantes à visiter et la vue en hauteur sur la mer très agréable.

Saint Pierre, antilles, martinique, caraibes

La ville de Saint-Pierre

Saint-Pierre, Martinique, Antilles, Caraïbes

Les ruines de l’ancien théâtre

Distillerie JM

Quand on rentre pour visiter, on a l’impression d’entrer dans le monde du luxe. Tout a été aménagé de manière très classe et la mise en scène du coin dégustation est une bonne idée. La visite est gratuite et le personnel accueillant.

JM, distillerie, rhum, Martinique, Antilles, caraibes

La dégustation luxe chez JM

Distillerie La Favorite

Rien à voir avec la distillerie JM, celle-ci est plutôt old school mais n’en reste pas moins charmante. C’est la seule distillerie de l’île à fonctionner à la machine à vapeur.

La Favorite, distillerie, rhum, Martinique, Antilles, caraibes

à l’ancienne chez La Favorite

Le Tombolo et l’ilet Sainte-Marie

Avec ses deux courants marins qui s’entrechoquent entre la terre et l’ilet d’en face, c’est l’activité du coin. Paraît-il qu’on peut traverser à pieds pour s’y rendre quand la marée est basse. Pour nous, il était trop tard et les sargasses nous ont empêchés d’en profiter pleinement mais l’endroit vaut le détour.

Tombolo, Sainte marie, martinique, caribes, antilles

Le Tombolo à Sainte Marie

Mon voyage s’est arrêté là. Je pense que je reviendrais pour terminer la visite de l’île et me rendre à Fort-de-France. Pour en voir un peu plus, vous pouvez aller regarder mon album photos Martinique sur ma page FB.

Publicités

Quitter son île pour une autre #3 : quelques jours en Martinique

Bonjour lecteur. Le moment râlinette est terminé mais je reste sur le même sujet : les vacances ! Cette semaine, je vais parler un peu de la Martinique. J’avais quelques jours de vacances la semaine dernière et je me suis dit qu’il était temps d’aller voir un peu plus au sud de chez moi. De la Guadeloupe, le temps de vol n’est pas long (25 minutes avec Air France, 35 minutes avec Air Antilles). Je pourrais être tentée de comparer les deux îles mais quand on vient pour des vacances, on n’est pas dans le même état d’esprit que si on vient pour y vivre. Par contre, s’il y a une différence qui m’a frappée dès mon arrivée, c’est le côté très urbain de la Martinique. Ce qui est logique puisqu’ils sont 20 000 de moins pour une surface un tiers moins grande.

Séjourner en Martinique : Trois-îlets, la station balnéaire

Pour dormir, mon choix s’est porté sur Trois-Ilets, la commune touristique par excellence. J’aurais pu aller ailleurs pour l’authentique mais je l’ai déjà à la maison et je voulais être dépaysée autrement. Les plages sont superbes, il y a un golf où il est permis de se promener et j’étais là au moment des Floralies, une manifestation florale qui revenait après 30 ans d’absence.

trois ilets, Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

Les trois ilets de la ville

floralies, trois ilets, Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

Les floralies

floralies, trois ilets, Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

Un autre bouquet

J’ai aimé

Les noms sympas de la Martinique

En Martinique, ils ont de l’humour. Voici quelques noms que j’ai croisés sur la route :

  • les villes de Trinité et Saint-Esprit. Je me suis même arrêtée à Saint-Esprit juste pour le nom . C’est un bourg très charmant;
  • Le nom du Morne Gallochat;
  • La ravine Fonds Massacre (quoique j’aimerais pas vivre à côté);
  • Et mon préféré : le panneau Canal Cocotte;

    humour, Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

    Sympa aussi celle-là..

Je n’ai bien sûr aucune idée de la signification des appellations (sauf pour les villes) et si je t’ai vexé martiniquais, sache :

  • qu’en Guadeloupe, au bout des « Grands Fonds », tu te retrouves aux « Abymes »;
  • Que mes parents habitent Gruffy ;
  • Que ma grand-mère habitait à côté de Tesseins

J’ai mis quelques noms lol sur mon compte Instagram si veux aller voir, n’hésite pas !

Qu’il fasse gris

Il y aura peu de photos carte postales, on a eu trois jours de gris pour notre plus grand bonheur. On a perdu 7°, et ça aussi, c’est dépaysant.

J’ai moins aimé

Le bémol du côté hors saison. Comme dans les stations de ski fermées, sur les spots touristiques, certaines fois, il n’y avait personne. Certains doivent penser que c’est génial mais quand on habite la Guadeloupe et qu’on recherche de la vie et de l’animation, ça fout un peu le cafard..

Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

Un spot touristique désert…

trois ilets, Martinique, ile, Caraïbes, Antilles

Pas de bar de plage pour boire des canons 😦

La semaine prochaine, je rentre dans les détails des visites.

La difficulté de voyager quand on habite les Caraïbes

Cher vacancier, j’ai décidé de continuer ma semaine râlinette avec toi. Oui oui oui ! Parce que maintenant que j’habite en Guadeloupe, je n’ai pas la même chance que toi qui habite en Europe ou en Amérique du Nord pour voyager et qu’il y a des moments où je me sens roulée !

Tout a commencé quand un copain qui prévoyait de venir me voir m’a dit : «  OK pour une semaine en Guadeloupe mais pour la deuxième semaine, on change d’île et on va à Cuba »…

Caraïbes, vue avion, La Barbade

Le paradis des Caraïbes (ou pas…)

Pas le choix de la destination (en tout cas pas via un vol direct)

  • Mais enfin, crois-tu vraiment qu’il soit possible pour moi de me rendre à Cuba ? Rires de Lol. Via la Guadeloupe, ça n’arrivera pas. Avec un peu de chance, en passant par la Martinique, j’aurais une place sur l’unique vol par mois qu’il y a entre Fort-de-France et La Havane… Donc pour être honnête, ça n’arrivera pas..
  • Sache que je me suis quand-même cassée la tête pour tenter d’y arriver : Passer par les USA (non, impossible, même s’ils commencent à se rapprocher, ce n’est pas encore ça..)/ Passer par les USA + connexion Panama pour vol direct pour Cuba… / Repasser par la France, c’est tout aussi facile…
  • Par contre, tu peux aller à Cayenne en direct et ça c’est chouette ! Mais si tu veux aller au Brésil, qui est à la frontière, tu ne passes pas par la Guyane, tu passes par les Etats-Unis ou par la France. De toute façon, à Cayenne, il n’y a qu’Air France qui vient. En gros avion par la France, ou en petit avion par la Guadeloupe. On peut comprendre que la compagnie évite de multiplier les destinations à partir de la Guyane française contre l’effet de cannibalisation. Un peu moins que les compagnies nationales brésiliennes et surinamaises ne viennent pas. Pourtant, elles ont toutes des compatriotes dans le coin.
  • Je continue ? L’Amérique latine et l’Amérique du sud, quand tu le vois sur une carte, c’est à côté. Enfin sur la carte seulement. Parce que si tu veux y aller, passage par Miami obligé. Soit une journée aller + une journée retour.
  • Conclusion, un vol direct de l’Europe ou de l’Amérique du nord, c’est très souvent moins long.
carte caraïbes

Si proche et si loin à la fois… source : http://www.cosmovisions.com/Antilles

  • Air France, Air Antilles, Air Caraïbes, Seaborne, La Liat. Voilà, j’ai fait le tour des compagnies aériennes de cette région du monde. C’est déjà bien, ne te plains pas.
  • Avec ces compagnies, de la Guadeloupe, tu peux quand-même te rendre à peu près sur toutes les îles françaises aux alentours.
  • Mais si tes ambitions s’étendent aux Caraïbes entiers, c’est un autre débat. Pour la connexion inter-îles, les îles anciennement anglaises s’aident entre elles, les îles françaises aussi. Pour l’aide franco-anglaise, c’est encore-un peu trop souvent- la guerre de cent ans.
  • Par conséquent, si tu veux aller à La Barbade (une heure de vol environ s’il y avait un vol direct de Pointe-à-Pitre), tu en auras pour une demi-journée. Parce que tu auras pour obligation de t’arrêter en Martinique ou à Sainte Lucie pour récupérer une compagnie anglo-saxonne (dont je vais te parler un peu plus bas).

Tu n’as pas franchement le choix dans la date non plus, ni même le transport…

  • Quoi ? ! Tu râles parce qu’il n’y a plus de place dans le vol Paris-Londres de 9h et que tu dois attendre le prochain qui est dans une heure ?!! Est-ce que tu sais qu’ici, il n’y a qu’un vol/jour pour Miami, un ou deux par semaine pour la Dominique, et que si tu le rates, ce n’est pas la peine d’attendre le prochain à l’aéroport, ou alors tu es prêt à passer la nuit sur le sol, mais c’est moins sympa que dans un vrai lit…
  • Tu vas devoir te rabattre sur l’Eurostar, qui va te mettre en retard pour de bon dans tes plans de visite ! (PS : j’aime beaucoup l’Eurostar, c’est juste un exemple). Est-ce que tu sais aussi qu’ici, tu n’as pas de train comme alternative pour aller sur une autre île (on n’est pas dans les Keys ici !) ?…

 

  • Oh bien sûr, tu peux prendre le bateau… Il suffit juste de t’organiser, c’est le même combat :
    • pour aller à Antigua : une rotation par semaine, ne te plante pas.
    • Tu peux aller en Dominique tous les jours, c’est juste que si tu as le mal de mer, tu vas souffrir pendant 90 minutes (vs 15 minutes d’avion, mais après tout, c’est ton choix),
    • Tu peux aussi aller en Martinique tous les jours. Paraît-il que la traversée est encore pire que La Dominique pendant quatre heures (parole d’un ami qui a tout fait en bateau m’a dit que ça « bougeottait un peu » pour la Dominique et n’a absolument rien senti quand il est allé à la Désirade) vs 40 minutes en avion.
    • Après, si tu aimes les croisières en paquebot ou sur un catamaran, tout est possible. Il te suffit simplement d’avoir beaucoup d’argent.

Ici, c’est pas low cost

Tiens, d’ailleurs, parlons-en de l’argent. A la fin de ce paragraphe, tu vas sûrement te demander comment je fais pour voyager autant. C’est simple, je nourris depuis quelques années l’utopie d’acheter sur Paris. Idéaliste mais aussi lucide, je sais que ça n’arrivera pas… Je suis donc en train de réinvestir mes économies autrement… Stoppons la digression pour en revenir à notre sujet budget :

  • Un aller-retour pour Sainte Lucie avec Air Antilles, soit un peu moins d’une heure de vol : 180 dollars.
  • Quand je suis allée à Porto Rico : 135 dollars de taxes d’aéroport uniquement. Ensuite tu rajoutes le prix du billet.
  • Un aller-retour à Miami : au moins 250 euros avec Air France (si tu t’y prends quand personne n’y va, on s’entend).
  • Aller à La Barbade et revenir  avec la Liat : 450 dollars.

T’ai-je précisé qu’on ne te propose rien à manger ni à boire ? Je ne critique pas, le service est rendu impossible pour une raison évidente de temps (20 minutes de vol, c’est court).

Alors, s’il te plaît, que je n’entende plus qu’un Paris –Pointe à Pitre entre 500 et 800 euros avec Air France ou Air Caraïbes c’est cher… Et ne crois pas non plus que les compagnies low cost viendront casser le marché un jour, avec la loi de l’offre et la demande, elles ne s’en sortiraient pas…

 

Tu râles quand il y a une heure de retard ? Ici tu te contentes d’arriver

Tu te plains souvent parce que ton vol Air France est en retard ? Je crois que tu ne te rends pas compte qu’ici, Air France est une des seules compagnie en qui tu peux avoir confiance (avec Air Antilles).. Pour que te fasses une idée de la chance que tu as, je vais te parler de la Liat, également surnommée « Leave Island Any Time » (= traduction : tu sais seulement que tu vas partir)…

Liat, Caraïbes

Ahhhh ! La Liat ! Une sacrée compagnie !…

La Liat est la seule compagnie à effectuer les rotations inter-iles, peu importe qu’elles soient françaises, anglaises, ou hollandaises (Ouhouhouhouh !!!!Il y en a quand même une ! ).

Mais qui dit monopole dit aussi « je fais ce que je veux »… :

  • Tu veux faire un Pointe-à-Pitre / Antigua ? Tu passeras par Saint-Lucie, La Barbade, La Dominique et enfin Antigua. (Je t’encourage à remonter voir la carte des Caraïbes un peu plus haut pour te faire une idée du trajet).
  • En arrivant à l’aéroport pour renter chez toi, une hôtesse te préviendra que ton plan de vol a été changé. Au lieu de rester dans l’avion en Dominique par exemple pour récupérer des passagers, tu descendras de l’avion et tu attendras le prochain … Ben oui, tu comprends, le taux de remplissage n’est pas bon, pour être rentable, la compagnie doit s’organiser autrement…
  • Allez, pour en rajouter une couche, je vais te raconter une situation que des passagers ont vécu leur dernier jour de vacances. Ces chers touristes avaient – croyaient-ils- prévu large entre leur vol retour de la Barbade et leur vol pour la métropole. On parle ici de quatre heures de battement. Au final, ils sont arrivés un peu moins de 5 minutes avant la fin de l’embarquement et ont du négocier sec avec Air Caraïbes pour entrer dans l’avion… Mais avec le sésame Liat, la compagnie a été compréhensive. Tu vois, après cette anecdote, le surnom prend tout son sens..

La Liat, si tu rates ton avion, elle s’en fout, elle n’a aucun accord avec les autres compagnies, dans le billet que tu as payé, elle s’engage juste à t’emmener d’un point A à un point B sans condition d’horaire (pour info, c’est comme ça pour toutes les compagnies, qui, elles ont des concurrents et ne peuvent pas se le permetttre). Que tu sois content ou pas, la Liat aura toujours du monde.

 

Alors, quand tu voudras réserver à la dernière minute tes vacances, que tu trouveras que ton vol est cher et que tu pesteras parce que les horaires ne te conviennent pas, pense à moi, je suis sûre que tu relativiseras…