Quitter son île pour une autre #3 : quelques jours en Martinique – parcours du road trip

Pour mon voyage en Martinique, je me suis inspirée de Felix et Ines, du blog de routes en roots, qui propose un itinéraire par région. Trois jours, pour faire la Martinique entière, c’est court, il faut sélectionner. Pour en profiter, j’ai fait l’impasse sur les sites semblables à La Guadeloupe (sauf pour les distilleries…) et j’ai organisé le voyage façon road trip sur deux secteurs.

Le Sud Atlantique

Anse Dufour et Anse Noire

Ces deux plages, séparées par 10 minutes de marche, sont proches mais complètement opposées. L’Anse Dufour correspond à la plage de sable fin et doré que l’on aime tant dans les Caraïbes alors que le sable noir d’origine volcanique de l’autre Anse nous projette dans un autre monde.

Anse Dufour, Martinique, Caraïbes

L’Anse Dufour, au sable fin doré

Anse noire, Martinique, Caraïbes

L’Anse Noire, juste à côté, rien à voir

Les Anses d’Arlet

Elles sont au nombre de trois dans la commune du nom éponyme. On s’est arrêtés sur la Grande Anse pour boire un verre et sur la Petite Anse pour se baigner. La troisième anse se trouve dans le bourg, qu’on a passé en voiture sans s’arrêter.

Grande Anse, Martinique, Caraïbes

Grande Anse

Petite Anse, Martinique, Caraïbes

Et Petite Anse

Autour du rocher du Diamant

Ici, c’est le côté culturel et géologique que j’aime tant. Avec une vue imprenable sur le rocher, la Maison jaune du Bagnard qui ne passe pas inaperçue dans son décor aux couleurs nature et le mémorial du Cap 110 dont l’histoire fait froid dans le dos.

Rocher du Diamant, Martinique, Caraïbes, Antilles

Le Rocher du Diamant

Maison du bagnard, Martinique, Antilles, Caraïbes

Cette maison a été construite par un ancien Bagnard, Médard Aribot, enfermé pour avoir sculpté le buste du Colonel de Coppens, qui n’a visiblement pas apprécié

Memorial Cap 110, Martinique, Antilles, Caraïbes

Le Mémorial Cap 110, construit en hommage aux victimes du naufrage du 8 avril 1830.

Le Marin

Si vous aimez les voiliers, yachts et autres bateaux, c’est ici qu’il faut s’arrêter. Le Marin est la plus grande base nautique des Caraïbes. Même si le temps n’était pas avec nous pour la visite, on a été impressionnés.

Le Marin, Martinique, Antilles, Caraïbes

Le port du Marin

Le nord

La ville de Saint-Pierre

Tristement connue pour l’éruption volcanique de 1902 qui a décimé toute la population à l’exception de Cyparis, prisonnier que son cachot a sauvé. Saint-Pierre était à l’époque surnommée le Paris des Antilles. Les ruines du théâtre et du cachot sont intéressantes à visiter et la vue en hauteur sur la mer très agréable.

Saint Pierre, antilles, martinique, caraibes

La ville de Saint-Pierre

Saint-Pierre, Martinique, Antilles, Caraïbes

Les ruines de l’ancien théâtre

Distillerie JM

Quand on rentre pour visiter, on a l’impression d’entrer dans le monde du luxe. Tout a été aménagé de manière très classe et la mise en scène du coin dégustation est une bonne idée. La visite est gratuite et le personnel accueillant.

JM, distillerie, rhum, Martinique, Antilles, caraibes

La dégustation luxe chez JM

Distillerie La Favorite

Rien à voir avec la distillerie JM, celle-ci est plutôt old school mais n’en reste pas moins charmante. C’est la seule distillerie de l’île à fonctionner à la machine à vapeur.

La Favorite, distillerie, rhum, Martinique, Antilles, caraibes

à l’ancienne chez La Favorite

Le Tombolo et l’ilet Sainte-Marie

Avec ses deux courants marins qui s’entrechoquent entre la terre et l’ilet d’en face, c’est l’activité du coin. Paraît-il qu’on peut traverser à pieds pour s’y rendre quand la marée est basse. Pour nous, il était trop tard et les sargasses nous ont empêchés d’en profiter pleinement mais l’endroit vaut le détour.

Tombolo, Sainte marie, martinique, caribes, antilles

Le Tombolo à Sainte Marie

Mon voyage s’est arrêté là. Je pense que je reviendrais pour terminer la visite de l’île et me rendre à Fort-de-France. Pour en voir un peu plus, vous pouvez aller regarder mon album photos Martinique sur ma page FB.

Lecteur, tu crois vraiment que j’allais oublier de te parler du rhum ?

Aujourd’hui, on aborde les choses sérieuses ! Quand on me connait, on sait que Marion sans les canons, c’est pas Marion ! En Guadeloupe, c’est pareil. On ne peut pas parler de Papillon sans parler de rhum !

Non, je n’avais pas oublié, j’ai mis du temps avant d’y venir mais après les articles touristiques, c’était carême. Et aux Antilles, pendant carême, on se prive… LOL, non, plaisanterie, je ne me suis pas encore adaptée au calendrier guadeloupéen et je dois même avouer que je m’en suis mise des bonnes depuis la mi-février ! En fait, je voulais surtout en connaître un peu plus avant d’en parler..

rhum, guadeloupe, vivre sur une ile...pour une citadine

La canne à sucre en fermentation

rhum, guadeloupe, vivre sur une ile...pour une citadine

Quand on est à proximité des cuves, ça sent super bon !

Les différents types de rhum

Après avoir visité le musée du Rhum et deux distilleries (en mois de trois mois… PERFORMANCE !!), j’ai un peu plus de savoir.
Je laisse l’aspect distillation aux professionnels – ils ont tous un onglet explicatif très bien fait sur leur site internet – pour vous parler des différents types de rhum qui existent dans la région.

Le rhum agricole blanc : c’est celui dont on se sert pour les ti punch et planteurs (entre autres). Minimum 50 degrés sinon ça ne fait pas chauffer le gosier…

Le rhum ambré : c’est un rhum qui vieillit en fut pendant 18 mois. Il tient son nom de sa couleur légèrement dorée. On le boit également en ti punch et je vous conseille de le faire en version miel-citron.

Le rhum vieux : il a vieilli au moins trois ans (minimum 6 ans pour une appellation extra old/XO ou millésimée). Attention, si vous êtes avec des connaisseurs, risque de vous faire insulter lors de sa dégustation, c’est un rhum qui s’apprécie brut. Il m’est arrivé de me faire arracher une bouteille millésimée des mains et d’entendre tous les noms d’oiseaux alors que je m’apprêtais à le préparer en ti punch…(Oh ça va ! après un certain moment, toutes les bouteilles se ressemblent !)

La crème de vieux rhum : ça, c’est ma découverte à moi. Le Baileys local ! Miam miam miam !

Je parlerais une autre fois du schrubb, des punchs créés par les marques et de la kyrielle de cocktails qu’on peut faire sinon cet article deviendra une édition Larousse.

Cubis de rhum blanc Bologne, rhum ambré, rhums blancs 50 et 59 degrés, ma crème de rhum vieux et le rhum vieux...ils sont tous à la maison !

Petit éventail de rhums. Ils sont tous à la maison !

rhum, Guadeloupe, vivre sur une île...pour une citadine

Ici, le rhum, c’est sérieux ! On lui consacre un rayon entier !

Où aller visiter ?

Je mettrais ce paragraphe à jour au fil de mes visites. Pour l’instant, sur les trois établissements que j’ai faits, je vous conseille la distillerie Longueteau. C’est mon coup de cœur. J’y suis allée un peu tard un vendredi en fin d’après midi, les machines étaient toutes arrêtées mais le propriétaire des lieux travaillait encore et était ravi de nous accueillir (il l’était sincèrement, pas pour nous vendre une bouteille). Il avait envie de partager sa passion du rhum et est allé jusqu’à nous faire tester son rhum tout juste distillé, à 80 degrés.

Longueteau, rhum, Guadeloupe, vivre sur une île...pour une citadine

Distillerie Longueteau

rhum, Longueteau, Guadeloupe, vivre sur une île...pour une citadine

Habitation Longueteau

En ce qui concerne le Musée du Rhum, certains vous diront qu’ils faut le faire un jour de pluie, moi je dirais plutôt que je n’ai pas compris pourquoi cela s’appelle Musée du Rhum puisqu’il y a également une collection d’insectes, de voiliers, et un Arche de Noé (en même temps, ils font payer 6€ l’entrée, il faut la justifier). L’explication vidéo est claire même s’il semblerait qu’elle date d’à peu près 1996..

musée du rhum, Guadeloupe

Musée du Rhum, à Sainte Rose, photos interdites, c’est bien dommage

Et même si c’est gratuit, vous pouvez vous épargner la visite de la distillerie Damoiseau. Le seul intérêt est de venir voir les machines tourner le matin. Ne vous attendez pas à la même explication que chez Longueteau, ici, vous vous débrouillerez avec des panneaux et les employés -qui n’ont pas envie de parler- ont même eu le culot d’installer une boîte à pourboire.. Certains me diront peut-être que c’était un mauvais jour mais j’y suis allée plusieurs fois…

On m’a dit que le rhum se consomme avec modération…

Attention, il paraît que le rhum, « ça rend fou » !.. Je confirme, quand on voit le prix du litre ici par rapport à la métropole, on perd la tête à coup sûr ! C’est moins cher qu’un pack de bières !

prix rhum, Guadeloupe, vivre sur une île...pour une citadine

Tu vois, je ne suis pas une menteuse ! Boire du rhum, c’est une affaire !

Il faut peut-être éviter de tous les essayer en une seule fois.. Quoique, si vous êtes comme moi, un verre ou dix verres, même combat ! Je perds ma journée du lendemain… autant en profiter 😉

Distillerie Longueteau

Domaine du Marquisat de Sainte-Marie
97130 CAPESTERRE BELLE EAU
Entrée gratuite – Allez-y plutôt le matin si vous voulez voire les machines tourner

Musée du rhum

Belle Vue Sainte Rose
97115 Guadeloupe
Entrée adulte 6€

Distillerie Damoiseau

Bellevue D.101
97160 LE MOULE
L’entrée est gratuite. Comme pour Longueteau, allez-y plutôt le matin si vous voulez voir la distillerie en pleine activité