On éponge l’été gastronomique avec la zumba de Ken

Ça y est, l’été gastronomique est passé, maintenant il va falloir éliminer. Et contrairement à ceux qui habitent en zone de climat tempéré, en Guadeloupe, l’hiver ne va pas me permettre de camoufler les kilos en trop grâce à des vêtements épais et chauds. Non non non, ici on doit faire des efforts à l’année pour avoir une belle silhouette en maillot de bain !

Pour ça, j’ai trouvé mon sport-détente avec la zumba de Ken. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une séance de fitness/danse sur des rythmes latino-américains. On est là pour passer un bon moment peu importe qu’on arrive à suivre ou pas.

Zumba, ken, zumbagwadalove, guadeloupe

Je vous présente Ken !

Ken, il est génial. Sa personnalité pop-chinoise te donne encore plus envie de te lâcher que d’habitude. Je ne suis pas la seule à aimer, la salle est pleine à chaque séance ! Et pour ne désavantager personne, Ken a mis en place un système de rotation. Au bout de trois musiques, les filles de devant passent derrière et laissent la place aux autres pour qu’on ait toutes l’occasion de voir les chorégraphies.

Par contre, il faut que je vous prévienne, Ken, c’est une pile électrique, un fou furieux du fitness ! Si vous faites comme moi et que vous vous donnez à fond dès le départ, au bout de 45 minutes, vous ne pourrez plus bouger…

Sachant que le cours dure 1h30, il faut tenir ! Je m’étais fixée comme objectif de rester toute la séance mais rien n’y fait, au bout d’une heure, il n’y a plus de Marion. J’en vois des vaillantes qui font une pause le temps d’un son pour pouvoir continuer. Je ne sais pas comment elles font. Si j’arrête, impossible de repartir…

Mais même avec une heure de cours, on en a pour son compte en calories et pour son compte en banque. 8€ le cours, par rapport aux 13€ que je payais pour 50 minutes à Paris, ça vaut super le coup ! Ken fait aussi des tarifs dégressifs à partir de 10 cours et des abonnements aux trimestres et semestres.

Et moi, je n’ai pas d’excuse pour ma silhouette et mon maillot de bain..

 Zumba gwada love

Page FB
Le lundi soir à Saint-François à 18h30
Le mardi et le jeudi soir à Gosier

Publicités

En ce moment, c’est carnaval !

Chic chic chic ! Du bruit, de la foule et de l’animation ! Hier, c’était fête sur l’île. Chance absolue pour moi, en plus de remplacer l’hiver de la métropole par 29°C ensoleillés, j’arrive pile pour la période du carnaval! Elle a commencé le weekend dernier et devrait se terminer au mois de mars.

reine du carnaval

La reine ouvre les festivités

Sachant qu’à Paris, ma parade favorite est le carnaval tropical pour son côté festif, j’ai supposé qu’aller en voir un ici était une valeur sûre. Et je ne me suis pas trompée ! Le défilé était plein de couleurs et de bonne humeur.

Ambiance au carnaval

                                    Ambiance au carnaval!

Les carnavaliers étaient tous accompagnés d’un groupe de musique. Ils chantaient, ils dansaient… Et nous ont même fait bouger sans qu’on s’en aperçoive!

les danseuses en piste

Ouhouhouh ! Chorégraphie !

Fiesta carnaval !

Fiesta carnaval !

Par contre, en attendant le début de la parade, des jeunes s’amusaient avec un fouet à faire froid dans le dos. Pas franchement rassurée, je suis restée à l’écart en me demandant ce qu’ils pouvaient bien trouver d’intéressant à le faire claquer. Mais j’ai vite compris qu’il fait partie intégrante du carnaval.

ils font peur !

Enfants qui précèdent les groupes « mas »

Pour ne pas faire de raccourci, je vais citer Guadeloupe 1ère qui explique bien mieux que moi leur utilisation : « Au moment des défilés carnavalesques, les groupes, les « mas », sont précédés de groupes d’enfants armés de fouets qui ouvrent la route en faisant claquer leurs cordes sur le bitume. Cela éloigne les badauds qui reculent afin de ne pas être touchés et ainsi, place est faite aux défilés. […] L’utilisation du fouet dans le carnaval est une vieille tradition. Aux Antilles, le fouet peut être associé à la période coloniale où le maître et ses représentants en usaient contre les esclaves. L’intervention du fouet dans le carnaval actuel pourrait être interprétée comme une inversion des structures.»

http://guadeloupe.la1ere.fr/2013/02/08/frenesie-du-carnaval-alcool-et-violences-14053.html

carnaval-enfants-avec-fouet

En fait, ils sont sympas:)

Heureusement que je n’y suis pas allée de ma petite remarque, je serais passée pour sacrée inculte… Il y a tout un univers autour du carnaval avec beaucoup de traditions que je ne connais pas encore. Mais au bout d’un mois de fêtes, j’en saurais un peu plus et je pourrais vous en parler avec des détails !

Et bien sûr, même si la Guadeloupe était à la fête en ce dimanche, personne n’a oublié Charlie.

En tête du cortège, !je suis Charlie

En tête du cortège, Je suis Charlie

Pour en savoir plus sur l’agenda du carnaval en Guadeloupe :
http://www.guadeloupe-info.com/carnaval-2015.html